Tracy Chevalier: Prodigieuses créatures

Publié le par Emi'lit

9782070442546

 

 

Résumé: Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » dont l’existence remet en question toutes les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique. Celle-ci, exclusivement composée d’hommes, la cantonne dans un rôle de figuration. Mary Anning trouve heureusement en Elisabeth Philpot une alliée inattendue. Cette vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d’une rivalité, elle reste leur meilleure arme face à l’hostilité générale.

 

Mon Avis: Les fossiles, la mer et la houle. La météo pluvieuse de ces derniers temps m'a permis de me fondre dans la peau des personnages. En peu de temps je me voyais, courbée sur la plage, traquant des amnonites avec Mary Anning et Miss Elizabeth. Ces personnages ont réellement existé et j'ai trouvé intéressant l'idée de mettre en avant ces deux figures qui ont permis de grandes avancées dans le monde de la science sans pour autant devenir réellement célèbre du fait de leur condition féminine.

L'histoire se met  doucement en place par le double récit de Mary Anning, enfant pauvre qui cherche des fossiles pour subvenir à ses besoins, et celui d'Elizabeth Philpot, vieille fille qui n'a aucune chance de se marier et se trouve une passion pour les fossiles à Lyme. Elles sont issues de deux milieux différents et pourtant leur intérêt commun pour les fossiles va les rapprocher, les unir, leur donner de la force. C'est une amitié assez simple, mais réelle qui survivra malgrès les obstacles qu'elles rencontreront.

Mis à part l'aspect très scientifique de l'oeuvre avec la découverte des fossiles, les réunions etc. j'ai vraiment apprécié l'approche de la condition féminine des années 1800. Miss Philpot est une vieilles fille de bonne famille mais son personnage s'impose peu à peu: son désir de reconnaissance inassouvi, elle prend confiance en elle, à l'instar de Mary qui ne tient pas compte de ce que peut penser les habitants de Lyme. Elles veulent toutes deux s'élever dans la société mais voient toutes les portes se fermer (aucun mariage, très peu de reconnaissance pour les travaux de Mary). Ce désir de devenir l'égal de l'homme est omniprésent, un point qui réveille mon côté féministe. D'ailleurs, je pense que par ce simple désir, elles sont intellectuellement et moralement égales aux hommes, et de nombreux exemples nous prouvent qu'elles sont des femmes fortes et indépendantes.

Deux très belles hisoires en une.

 

 

coeur2

Commenter cet article