Auprès de moi toujours de Kazuo Ishiguro

Publié le par Emi'lit

couv64467669

 

 

 "Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham dans les années quatre-vingt-dix ; une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l’idée qu’ils étaient des êtres à part, que leur bien-être personnel était essentiel, non seulement pour eux-mêmes, mais pour la société dans laquelle ils entreraient un jour. Mais pour quelles raisons les avait-on réunis là ? Bien des années plus tard, Kath s’autorise enfin à céder aux appels de la mémoire et tente de trouver un sens à leur passé commun. Avec Ruth et Tommy, elle prend peu à peu conscience que leur enfance apparemment heureuse n’a cessé de les hanter, au point de frelater leurs vies d’adultes."

 

 

Mon Avis: La science est très développée après la seconde guerre mondiale, offrant une alternative aux maladies qui jusqu'alors n'avaient aucun traitement. Les médecins peuvent désormais irradiquer le mal par la source grâce aux dons d'organes. Ruth, Tommy et Kathy sont des donneurs. Ils ont été élevés à Hailsham, un institut différent des autres et qui influencera leurs vies d'adulte. Chercher à accomplir la tâche pour laquelle on existe, grandir dans une atmosphère protectrice mais pour le moins mystérieuse et pleine de secrets, être accompagant puis commencer ces dons (deux, trois voire quatre si l'on est un bon "donneur")  avant de terminer. La seule existence qui leur est possible. Mais si l'on aime, si l'on veut croire en une échéance, écouter tous les secrets qui entourent leur enfance, que leur arrivera-t-il?

Après avoir vu le film, il me fallait lire le livre. A vrai dire, je l'ai dévoré. On sent la naîveté de Kathy et de ses amis. Ils sont des "clones", des êtres qui ne sont là que pour donner chaque organe que l'on pourra prendre, mais on ne comprend jamais vraiment, rien n'est réellement explicite. On sait tout comme eux quel est leur rôle mais on ne sent jamais aucune révolte, tout comme le film l'a si bien retrancris. Hailsham est ici paré d'un réel mystère: les "gardiens" souffle à la fois le chaud et le froid, laisse planer le doute quand aux possibilités de leur avenir mais rien n'est jamais sûr. Soudain, les élèves entendent pour la énième fois qu'ils sont "sépciaux" que leur santé est indispensable, qu'il ne vivront que quelques années. Dans un sens, on en vient à se demander (chose absurde et vile) pourquoi donc s'entêter à les éduquer, les maintenir dans une illusion de normalité puisque tout le monde sait ce qui est vrai. Cette réponse ne vient qu'à la fin, évidemment. 

Notre trio est compliqué. Kathy est intelligente, douce mais pendant bien des années elle est menée à la baguette par son amie Ruth, égocentrique mais peu confiante en elle-même. D'ailleurs, j'ignore si j'ai été influencée par le film, mais j'ai eu l'impression qu'elle lui volait littéralement Tommy, que depuis le début Ruth et lui étaient faits l'un pour l'autre. Et de les voir ensembles pour si peu de temps, avec une rupture si brutales, était difficile à accepter. Mais notre tristesse de lecteur est d'autant plus forte que la leur est basée, presque innexistante. Ils ont un rôle à accomplir, alors pourquoi s'appitoyer sur eux-même alors que nous somme effrayés par eux, que nous les évitons. Ils ne sont pas de notre monde, ils ne vivent pas comme nous, mais pour nous. 

 

 

 coeur2

Commenter cet article